La troisième noble vérité est la vérité de la cessation de la souffrance. Cette vérité explique que les causes du karma et les souillures peuvent être éliminées. Nous contrôlons la souffrance parce que le karma et les souillures ont lieu en nous; nous les créons, nous les expérimentons. Pour cette raison, nous n'avons pas besoin de dépendre de quelqu'un d'autre pour éliminer la cause de la souffrance.

Il y a deux aspects principaux du karma: l'un lié à l'expérience et l'autre lié au conditionnement:

L'expérience du karma a déjà été discutée en relation avec la vérité de la causalité. Par des actions physiques non vertueuses, on éprouvera des problèmes et du malheur. De même, à travers un discours non vertueux, comme le mensonge, on éprouve du malheur et du chagrin. À travers un état d'esprit non vertueux, on éprouve du malheur. Cela a été démontré par l'exemple d'une attitude agressive. Tout cela est lié à la compréhension que toute activité non vertueuse produit un désagrément ou un malheur.

Le deuxième aspect du karma concerne le conditionnement. En agissant de façon non vertueuse avec son corps, sa parole ou son esprit, on s’habitue à un certain style de comportement. Les comportements physiques ou verbaux non vertueux ajoutent à l'habitude de faire les choses. Par exemple, chaque fois que nous tuons, nous sommes conditionnés à tuer à nouveau. Si nous mentons, cela augmente l'habitude de mentir. Un esprit agressif conditionne notre état d'esprit afin que nous devenions plus agressifs. Dans des vies ultérieures, alors, ce conditionnement émergera de sorte que nous renaîtrons avec une grande tendance à tuer, à mentir, à se livrer à une inconduite sexuelle, etc.

Ce sont deux aspects du karma. L'un est la conséquence directe d'un acte et l'autre est le conditionnement qui crée une tendance à adopter un comportement de ce genre. À travers ces deux aspects, le karma produit tout le bonheur et toute la souffrance dans la vie.

Même si nous reconnaissons que le karma non vertueux donne lieu à la souffrance et que le karma vertueux donne lieu au bonheur, il nous est difficile de renoncer aux actions non vertueuses et de pratiquer des actions vertueuses parce que les souillures exercent une puissante influence sur nous. Nous réalisons que la souffrance est causée par un karma non vertueux, mais nous ne pouvons pas abandonner le karma lui-même. Nous devons abandonner les souillures car elles sont à l'origine d'actions non vertueuses.

Abandonner les souillures signifie abandonner les actions non vertueuses du corps (comme tuer, voler et inconduite sexuelle), les actions non vertueuses de la parole (comme mentir, calomnier et parler nuisible et inutile), et le non -aspects virtuels de l'esprit (tels que l'esprit agressif, cupide ou ignorant). Vouloir simplement abandonner les souillures ne les supprime pas. Cependant, le Bouddha dans sa grande gentillesse et sa sagesse nous a donné un moyen très habile pour éliminer la racine même de toutes les souillures en examinant la croyance en l'existence de l'ego ou du soi.

Nous ne pouvons pas simplement comprendre cette croyance en soi facilement parce qu'elle est profondément enracinée. Tout d'abord, nous devons chercher ce moi auquel nous croyons et à travers cette recherche, nous pouvons découvrir que le moi n'existe pas. Ensuite, nous pourrons progressivement éliminer la croyance en soi. Lorsque cela est fait, les souillures sont également éliminées car avec l'élimination d'une croyance en soi, le karma non vertueux est également éliminé.

Cette croyance en soi est une perception erronée, c'est une illusion. Par exemple, si quelqu'un a une fleur et devait interroger une centaine de personnes à ce sujet, ils arriveraient tous à la même conclusion qu'il s'agit bien d'une fleur. Donc, on pourrait être sûr que c'est une fleur. Mais, si on demandait à une personne "Est-ce moi?" il disait: "Non, c'est toi." Une deuxième personne dirait: "C'est toi." On se retrouverait avec cent personnes qui disent que c'est "vous" et seulement vous-même le considéreriez comme "moi". Donc statistiquement, on est sur un terrain très bancal.

Nous avons également tendance à penser «moi» comme une chose, comme une unité. Lorsque nous examinons ce que nous considérons comme nous-mêmes, nous constatons qu'il est composé de nombreuses composantes différentes: les différentes parties du corps, les différents organes et les différents éléments. Il y en a tellement, et pourtant nous avons ce sentiment d'une seule chose qui est «moi». Lorsque nous examinons l'un de ces composants et essayons de trouver quelque chose qui est l'essence de soi, le soi ne peut être trouvé dans aucun de ces morceaux.

En contemplant cela et en y réfléchissant très soigneusement, nous commençons à voir comment ce «je» est vraiment une perception incorrecte. Une fois que nous avons éliminé cette mauvaise façon de penser, l'idée d'un «je» devient facile à éliminer. Ainsi, tout le désir enraciné dans la pensée «je dois être heureux» peut être éliminé ainsi que toute l'aversion enracinée dans l'idée de «cette difficulté doit être éliminée». Grâce à l'élimination de l'idée du «je», nous pouvons anéantir les souillures.