La quatrième noble vérité s'appelle "La Vérité du Chemin" parce comme un chemin, elle mène au but ultime. On procède pas à pas, étape par étape, pour terminer son parcours progressivement.

Les principales étapes du bouddhisme sont appelées "les cinq voies" car, en les parcourant progressivement, on parvient finalement à la destination qui est la Cessation.

Ce chemin du Bouddha peut être analysé à travers ses cinq étapes principales appelées les cinq chemins - Lam (Tib.) - Marga - (Skt.)

  • 'Tshog-Lam' - Le chemin de l'accumulation ;
  • 'Jor Lam' - Le chemin de la jonction ;
  • 'Tong Lam'- Le chemin de la perspicacité ;
  • 'Gom Lam'- Le chemin de la cultivation; et,
  • 'Mi-lob Lam' - Le chemin final de l'absence d'apprentissage.

Le premier chemin s'appelle le "chemin d'accumulation" parce qu'il rassemble ou accumule une grande richesse de nombreuses choses. C’est à ce stade que l’on essaie de rassembler tous les facteurs positifs qui permettent de progresser. On essaie de cultiver la diligence, les bonnes qualités et la sagesse qui pénètrent plus profondément dans le sens des choses. On s’engage à accumuler tous les aspects positifs de la pratique.

On rassemble les éléments positifs en des êtres tout en travaillant de différentes manières pour éliminer tous les éléments indésirables de la vie. On applique également diverses techniques pour éliminer les différents blocages et obstacles qui le retiennent. C’est ce qu’on appelle le stade de l’accumulation parce que l’on s’engage dans cette activité multiple et qu’il rassemble toutes ces choses nouvelles dans sa vie.

Dans la vie ordinaire, nous sommes pris au niveau de la mondanité. Même si nous ne voulons pas l'être, nous opérons toujours à un niveau d'existence conditionnée (skt. Samsara) car nous sommes toujours sous l'influence des souillures. Ils ont une très forte emprise habituelle sur notre existence.

Nous devons nous débarrasser de ces souillures pour pouvoir sortir du samsara. Bien sûr, nous voulons trouver ce bonheur et cette paix et nous savons que c'est possible. Mais même avec la plus forte volonté du monde, nous ne pouvons le faire du jour au lendemain. C'est comme essayer de teindre un grand tissu en ce sens qu'il est nécessaire de rassembler de nombreux éléments pour changer la couleur.

Donc, tout d’abord, pour acquérir les bonnes qualités, nous devons travailler à créer toutes les conditions différentes qui permettront à ces qualités d’émerger. Pour développer les différentes idées de la méditation et de la vraie sagesse, nous devons développer une grande confiance et confiance dans la validité et l'utilité de cette sagesse. Une fois que nous sommes convaincus de sa valeur, nous devons changer nos habitudes de manière à avoir la diligence nécessaire pour faire tout ce qui est nécessaire pour faire émerger la perspicacité et la sagesse. Par conséquent, il existe de nombreux facteurs et conditions que nous devons générer dans notre vie et qui apporteront notre bonheur.

Pour éliminer tous les facteurs malsains qui nous unissent dans le samsara, nous devons déraciner la croyance en un soi, éliminer les diverses souillures qui nous empêchent et réunir les nombreuses conditions différentes qui rendent possibles cette transformation et cette purification. Nous parlons d’accumulation parce que nous réunissons toutes les conditions qui rendent cette transformation possible. Nous ne pourrons progresser de manière significative que lorsque nous aurons réuni toutes ces causes et conditions de manière appropriée et parfaitement parfaite en nous-mêmes. Pour cette raison, le but de cette phase d’accumulation est de compléter toutes les conditions nécessaires en les rassemblant dans notre existence.

Finalement, à cause de la réunion complète des conditions favorables, nous atteindrons le troisième chemin qui est le "chemin de la perspicacité". C'est à ce stade que se développe la compréhension de la façon dont les choses se passent réellement, ce qui dépasse le voile du délire.

Relier le chemin de l'accumulation et le chemin de la perspicacité est le deuxième chemin de jonction. Ici, notre réalisation intérieure, la manière même dont nous pouvons percevoir les choses, commence à se lier à la vérité sur la nature réelle des phénomènes, car nous rassemblons toutes les circonstances favorables qui nous mèneront finalement à la vision réelle elle-même. Lorsque nous obtenons un aperçu de la façon dont les choses se déroulent réellement et que cet aperçu se développe au-delà du niveau d'illusion et de points de vue erronés, nous réalisons qu'il n'y a pas de soi.

Une fois qu'il n'y a plus de croyance en soi, il n'y a plus aucune souillure fondamentale d'attachement, d'agression ou de ténèbres mentales associée à l'idée de soi. Une fois qu'il n'y a plus aucune souillure, on ne fait plus rien de vertueux et on ne souffre plus. Or, il est vrai qu’une fois que nous avons cette idée, toute la souffrance est immédiatement supprimée, mais d’une autre manière, ce n’est pas vrai. En effet, l’illusion de soi est une habitude accumulée depuis très longtemps et qui est très difficile à éliminer. Par exemple, lorsque nous croyons en nous-mêmes et que nous frappons notre doigt avec un marteau, cela fait mal.

Même quand nous avons réalisé qu'un moi immuable est juste une illusion fabriquée par notre esprit, quand nous frappons notre doigt avec un marteau, cela fait mal. Nous avons toujours le sentiment "je souffre" car il existe une association durable du "je" avec la chair de notre corps. L'élimination de ce conditionnement du soi établi de longue date est réalisée à travers un long processus d'identification à la vérité du non-soi. C'est la quatrième étape de la culture de la perspicacité.

La quatrième étape s'appelle la voie de la meditation - "gom-lam" (Tib.). Le mot 'gom' est généralement traduit par "méditation" mais signifie en réalité "s'habituer à quelque chose" ou "s'habituer". C'est pourquoi il est traduit ici par "le chemin de la cultivation", alors que d'autres textes le traduisent par "le chemin de la méditation". Mais cette étape est l’idée de s’habituer à un aperçu de la nature des choses. En devenant de plus en plus familiers avec la vérité des choses, nous pouvons éliminer les très fines traces de souillures et de conditionnement subconscient qui existent encore. En y travaillant progressivement, l'objectif de la bouddhéité sera atteint.

Grâce à la culture de la perspicacité, nous atteignons finalement l’objectif de la cinquième voie appelée "la voie de ne plus étudier". Grâce à la cultivation, nous éliminons même les causes les plus subtiles de la souffrance. Une fois cela terminé, nous avons atteint l'état le plus élevé et il n'y a plus de nouveaux chemins à emprunter, ce qui en fait "le chemin de la non-étude" ou "le chemin de la non-pratique" - "mi-lob lam".