En tant que deuxième Konchog Sum (Tib.) - Triratna (Skt.) - Trois Suprêmes Sources de Refuge, le terme DHARMA fait allusion dans son utilisation principale, au Buddhadharma ou "Les Trois Corbeilles", "Trois Pitakas", l'interprétation française du mot Sanskrit "tripitaka".

Quand les enseignements extérieurs du Bouddha ont été recueillis ensemble et formalisés, ils ont été groupés en trois lots que l'on a appelé les "Trois Corbeilles" :

  • "La Corbeille de Discipline" - Du Sanskrit "Vinaya-pitaka". Le Vinaya-pitaka contient les codes de disciplines tant pour les pratiquants laïcs que pour les moines, bien que la prédominence de ces derniers leur en conféra la prédilection;
  • "La Corbeille des Discours". Du Sanskrit "Sutra-pitaka”. Le sutra pitaka contient les discours principaux du Bouddha;
  • "La Corbeille de l'Abhidharma". Du Sanskrit "abhidharmapitaka".   L'Abhidharma-pitaka contient l'ensemble des enseignements métaphysiques.

Il y a aussi les enseignements ésotériques du Bouddha, appelés gyud (Tib.) - tantras (Skt.). Quand on parle des enseignements ésotériques par rapport aux enseignements exotériques, les Trois Corbeilles sont groupés en "do-de" (Tib.)- la section des soutras et on appelle  "gyüd-de:, la section des tantras;

La section des Soutras dans ce cas n'est pas à confondre  avec le Sutra Pitaka comme étant l'une des Trois Corbeilles.

Par rapport au Tripitaka, la section des Tantras est alors appellée "de-nod zhi-pa" - la Quatrième Corbeille.

Dans le sens large, le mot 'dharma' est un terme qui possède dix significations.

L'une d'entre elles fait référence aux enseignements libérateurs qui mènent un pratiquant engagé sur le Chemin de l'éveil à la Libération.

L'accomplissement obtenu en écoutant, en contemplant et en pratiquant le Bouddhadharma varie et dépend du véhicule emprunté ou Shravakayana - Pratyekabouddhayana - Bodhisattvayana; la réalisation obtenue subséquemment conduira aux états respectifs de :

  • Arhat;
  • De Pratyekabouddha;
  • De Bouddha.

Ces accomplissements sont accomplis en suivant les cinq Sentiers suivants, enseignés dans chacun des Trois Véhicules :

  1. Le Sentier de l'Accumulation;
  2. Le Sentier de l'Union;
  3. Le Sentier de la Vision;
  4. Le Sentier de la Méditation;
  5. Le Sentier de la Non-Étude.

Pour acquérir une compréhension plus précise sur ce sujet voici une brève explication de deux thèmes apparentés :

  • Les dix sens du mot Dharma;
  • Les Dix Activités du Dharma qui conviennent à un pratiquant du bouddhisme.

Tout d'abord, les dix sens du mot 'Dharma' :

La source de cet enseignement est un commentaire écrit par le grand Acharya Vasubhandu considéré comme un des 'Six Ornements Qui Embellissent Jambuvipa', six éminents Maîtres du bouddhisme qui se manifestèrent afin que fleurisse le Bouddhisme en Inde. Ces six maîtres sont :

  1. "lu drub" - Nagarjuna;
  2. "phag lha pa" - son disciple Aryadeva;
  3. "thog med" - Asanga;
  4. "yig nyen" - son frère Vasubhandu;
  5. "chog lang - Dignaga;
  6. "chö drag" - son disciple Dharmakirti.

Le quatrième d'entre eux, le maître bouddhiste indien Acharya Vasubhandu, a écrit huit textes importants sur la philosophie bouddhique appellés ‘Les Huit Prakarana' - 'pra ka ra Na de gyäd'. Parmi ceux-ci, le septième 'Vakhyayukti' - 'nampar shädpa'i rigpa' est la référence 'per se' parmi les sources indiennes anciennes qui expliquent les dix sens distincts du mot Dharma.

En voici l'explication succincte :

  1. "shey ja" - 'Les phénomènes connaissables' : Cela signifie tous 'ce qui peut être connu', 'ce qui peut être un objet de connaissance'. Il peut être utilisé dans le sens de ce qui peut être connu en général et peut être utilisé pour désigner l'objet qui est connu en particulier.
  2. "lam" - 'le sentier' : C'est l'abréviation de 'lam gyi den pa' 'la vérité du sentier', la quatrième de 'les quatre Nobles Vérités ' - 'phag pa'i den pa zhi'. Plus précisément, c'est le nom du premier des  ' quatre aspects de la vérité du sentier' - 'lam gyi den pa'i nam pa zhi', qui est le treizième des seize aspects des Quatre Nobles Vérités  : le sentier qui mène à la cessation de la souffrance.
  3. "nya ngän lay däy pa" - 'le nirvana' : le Nirvana est le résultat obtenu en pratiquant le sentier bouddhiste à son terme qui est la fin de 'dug ngal- 'la souffrance'. Ce résultat est défini différemment suivant le sentier bouddhiste particulier qui a été pratiqué. Le terme Sanskrit original littéralement est :  ' extinction' et l'exemple que Bouddha en donna est : ' ressemble à une lampe qui a été éteinte'. Cependant, cette définition est acceptée seulement dans le Véhicule Moindre et pas dans le  Grand Véhicule ou dans le Véhicule Vajra. Le terme tibétain veut dire 'd'avoir transcendé, avoir transcendé la misère et la douleur'.
  4. "yid kyi yul" - 'l'objet mental' : N'importe quel objet de l'esprit conscient. Cela signifie qui est connu par la conscience d'esprit. L'objet de la conscience d'esprit est 'chö' - 'les phénomènes' avec le sens particulier de n'importe quoi qui peut être connu par l'esprit conscient.
  5. "södnam" - 'le mérite' : Ce terme fait allusion à 'lay kar po' - 'le karma positif'. 'Ce qui produira un résultat plaisant'.
  6. "tshe" - 'la vie' : 'mi tshe' - 'la vie humaine', en incluant les idées de vie et de durée de vie.
  7. "sung rab" - 'l'enseignement religieux' : Littéralement 'l'excellent discours' signifiant une collection de discours donnés par une personne spirituelle éminente qui ont été mis par écrit pour la postérité. Par exemple, les discours de Bouddha  préservé par écrit.  Enregistré dans les sutras, l'excellent discours du Bouddha est divisé en 'sung rab kyi yan chu nyi' - 'douze branches de l'excellent discours'.
  8. "jung gyur" - 'les objets matériels  fait des cinq éléments : On doit comprendre ceux-ci comme 'jung wa nga' - 'les cinq objets tangibles des cinq sens :  
    • 'zug' - 'la forme visible';
    • 'dra' - 'sons';
    • 'dri' - 'les odeurs' ;
    • 'ro' - 'goûts' ;
    • 'reg ja' - 'touchables'.
  9. "ngey" - 'le règlement qui doit être suivi' : Quelque chose de bien déterminé. Quelques règles qui sont absolues, ultimes, rattachées à samaya.
  10. "chö lug" - 'la religion' : dans le sens du Système religieux ou de la tradition aussi bien que dans le sens de l'école, la lignée, le système de dharma.

Deuxièmement, les Dix Activités du Dharma convenables pour une personne qui pratique le  bouddhisme :

On dit en tibétain  "chö kyi chöd pa chu"- 'Les dix activités Dharma. Cela veut dire les dix activités religieuses à suivre pour les bouddhistes. Le seigneur Buddha Shakyamuni a décrit dix différentes activités qui étaient convenables à pratiquer  par ses disciples, dans le cadre d'une vie en accord avec le dharma.

  1. "yige dri wa" - [lekhana] - 'L'écriture des lettres' : Cela veut dire de transcrire les enseignements écrits par le Bouddha. Traditionnellement c'était la pratique de transcrire les paroles du Bouddha, les sutras, etc., d'un texte original pour en faire une copie. La tendance aujourd'hui est d'en faire une photocopie ou de le scanner et de l'imprimer. C'est un signe de dégénération du Dharma. Il faudrait se souvenir qu'en suivant les enseignements de Gourou Rinpoche, l'orthographe est une des entrées dans le Dharma. C'est le plus excellent et certainement pas une perte de temps précieux de s'impliquer dans 'yige driwa'.
  2. "chöd bul wa pa" - [pujana] - 'La réalisation des offrandes : Cela veut dire d'adorer les Trois Joyaux et les trois racines en faisant des cérémonies d'offrandes ou en pratiquant une puja.
  3. "jin tong wa pa" - [dana] - 'Pratiquer la générosité :Cela veut dire de se livrer à la pratique d'offrandes et à la pratique de 'Dana Paramita'.
  4. "chö nyän pa" - [shravana] - 'Écoutant  Dharma' : Dans les textes  bouddhistes cela veut dire d'habitude écouter le Buddhadharma, les enseignements du Bouddha pour se développer 'töd pa'i sherab'.
  5. "dzin pa" - [udgrahana] - 'La compréhension du Dharma' : Cela signifie 'retenir' les enseignements du dharma : ayant lu ou entendu l'enseignement, l'effort pour le retenir dans la tête, s'en souvenir. Il concerne la partie pratique des études et aidera à acquérir 'sam pa'i sherab'.
  6. "log pa" - [vacana] - 'Lire le Dharma' : Cela veut dire au sens général de s'imprègner de la lecture du texte et de ses caractères et pas  seulement 'de lire'. Lire dans le sens regarder et comprendre les caractères. Ce n'est pas uniquement une lecture silencieuse, il faut également lire à haute voix. La culture tibétaine a une habitude de lecture à haute voix dans le cadre du processus d'apprentissage.
  7. "Chäd pa" - [prakashana] - "Le fait d'expliquer le dharma' : Cela veut dire d'expliquer quelque chose verbalement, pour exposer quelque chose à d'autres, ainsi ils le comprennent plus clairement. La parole est souvent utilisé pour l'explication d'un sujet donné. Dans ce contexte il renvoie à 'chö kyi näd chäd pa' - 'expliquer des points de dharma'. Il est considéré comme un des 'khä pa'i ja wa sum' - 'Les trois activités de l'apprentissage appelé souvent 'chäd-tsöd-tsom' - 'l'explication, la discussion et la composition'.
  8. "kha-tön du ja-wa" - [svadhyaya] - 'la récitation' : réciter des textes liés au dharma, des liturgis, des soutras, etc... ou réciter des prières à haute voix.
  9. "chö-kyi dön sempa" - [cintana] - 'le fait de contempler le sens de dharma' : c'est pour développer 'sampa lay jung-wa'i sherab'.
  10. "chökyi dön gompa" - [bhavana] - 'méditant sur le sens de dharma' : et ensuite développer 'gompa lay jung wa'i sherab'.

En conclusion on a besoin d'en développer la compréhension par l'étude, puis de pratiquer ensuite ces dix aspects d'activité du Dharma ce qui garantira que sa pratique du Dharma soit complète et effective. On peut parfois avoir le sentiment que notre pratique ne progresse pas ou au contraire, devenir compétitive. Ceci est probablement le résultat d'avoir négligé un ou plusieurs de ces aspects et être sélectif. C'est comme si on donnait trop de soleil à une plante ou trop de vent et pas assez de terre ou d'eau. Le résultat peut être décevant!