Le Bouddhisme tibétain est le corps de la doctrine religieuse bouddhique et la caractéristique des institutions du Tibet et de certaines régions de l'Himalaya, parmi lesquelles le Népal du Nord, le Bhutan et l'Inde (particulièrement l'Arunachal Pradesh, le Ladakh, Dharamsala, Lahaul et Spiti en Himachal Pradesh et au Sikkim). C'est la religion publique du Bhutan. Il est aussi pratiqué en Mongolie et  dans certaines régions de la Russie (Kalmykia, Buryatia et Tuva) ainsi qu'en Chine du Nord-est. Les textes scripturaux et leurs commentaires sont contenus dans le canon de bouddhisme tibétain, de sorte que le tibétain est la langue spirituelle de ces régions.

La pratique du bouddhisme tibétain comprend la vraie nature de la réalité, la vacuité existentielle ou l'absence d'existence intrinseèque en toutes choses. 
La vacuité est expliquée par quatre écoles indiennes de philosophies doctrinales classiques :
Lwes deux premières écoles appartiennent aux traditions théravadines :

  • L'école Vaibhaṣika (Tib. "Jedrag marwa")
  • L'école Sautrāntika (Tib. "do - depa")

La source primaire pour ceux-ci est l'Abhidharma-kośa composé par Vasubandhu et les commentaires qui s'en suivent.
L'Abhidharmakośa est aussi une source importante pour le Sautrāntikas. Dignāga et Dharmakīrti en sont les exposants les plus proéminents.
Les deux écoles suivantes appartiennent au véhicule Mahayana - (Tib. "Theg-chen") :

  • L'école Yogācāra, ou Cittamātra aussi appelé (Tib. "sem le tsam-pa"), L'école revendiquant exclusivement l'approche du vide par l'Esprit: Yogacārins basent leurs vues sur les textes de Maitreya, Asaṅga et Vasubandhu;
  • L'école Madhyamaka (Tib. "uma-pa"), L'école de La Voie  du Centre : Les Madhyamakas basent leurs vues sur les textes de Nāgārjuna et de Āryadeva. L'école Madhyamaka se subdivise en Svatantrika-Madhyamaka et Prasaṅgika-Madhyamaka.  Les premiers ont été inspirés par Bhavaviveka Śāntarakṣita et Kamalaśīla tandis que les derniers trouvent leurs sources dans les enseignements de Buddhapālita et de Chandrakīrti.

Le système de doctrine est utilisé dans les monastères et les collèges pour enseigner la philosophie bouddhique d'une manière systématique et progressive, chaque vue philosophique étant plus subtile que la précédente. Donc les quatre écoles peuvent être vues comme un sentier progressif sur un point de vue philosophique permettant une prise "réaliste" aux vues de plus en plus complexes et subtiles sur la nature ultime de réalité, la vacuité culminant dans la philosophie Mādhyamikas est largement considérée comme le point de vue le plus sophistiqué.

Le Buddadharma au Tibet
Le Buddhadharma s'installa au Tibet en deux périodes principales :

  • La propagation initiale qui fut initiée par le Roi Songtsen Gampo au milieu du 7ème siècle et à laquelle mit fin le Roi Langdarma pendant les dernières décennies du IXè siècle et au tout début du Xè siècle. A ce moment le dharma faillit disparaître du Tibet. Cependant le XIè siècle fut marqué par une résurgence qui eut pour résultat de répandre le dharma dans tout le Tibet où il s'y développa pendant plusieurs siècles jusqu'à la prise de contrôle par les communistes chinois en 1959. On appelle la première propagation de dharma Le 'ngadar' - ‘tôt’ et la deuxième propagation de dharma 'chidar' - ‘tard’.

Le système de Dharma dans la première propagation de Bouddhisme au Tibet a été organisé autour d'une subdivision de Neuf Véhicules.
Les titres en gras dans la classification suivante correspondent aux catégories dans la tradition chidar.

Hinayana :

  • nyän-thöd-kyi theg-pa - shravakayanam - ‘Le véhicule de l'auditeur’ : les praticiens qui suivent ce véhicule, atteignent Shravaka-arhat. Les enseignements de ce véhicule et le type de réalisation qu'ils produisent sont considérés comme plus bas que les enseignements et la réalisation obtenue dans le véhicule suivant, parce que la réalisation de vide obtenu est moins complète;
  • rang-gyal-gyi theg-pa - pratyekabuddhayana - ‘Le véhicule d'individu Bouddha’ : autrefois appelé le véhicule intermédiaire pour sa position entre le Shravakayana et les véhicules Mahayana.

Mahayana :

  • jang chub sem pa'i theg pa - bodhisatvayana - ‘Le véhicule bodhisatva’;

Vajrayana :

  • ja wa'i gyüd kyi theg pa - kriyatantrayana - ‘Le véhicule de Kriya Tantra’, connu comme ‘Kriya’;
  • chö pa'i gyüd kyi theg pa - caryatantra - ‘Le véhicule du Carya Tantra’, connu comme ‘Carya’ (la Conduite);
  • nal jor gyi gyud kyi theg pa - l'yoga tantrayana - ‘Le véhicule d'Yoga Tantra’; connu comme 'l'Yoga';

Anuttarayogatantra :

  • nal jor chen po’i theg pa - mahayoga yana - ‘Le véhicule de Mahayoga’; connu comme ‘Maha’;
  • jey su nal jor gyi theg pa - anuyoga yana - ‘Le véhicule d'Anuyoga’, connu comme ‘Anu’;
  • shin tu nal jor gyi theg pa - atiyoga yana - ‘Le véhicule d'Atiyoga’, connu comme ‘Ati’.