HHK VIII Tibet.1 1024x820

Une brève introduction à la vie du 17ème Karmapa

 
Le Karmapa actuel, Ogyen Trinley Dorje, est le 17ème de la lignée des incarnations du Karmapa. Voici une brève introduction à l’histoire de la vie de Gyalwang Karmapa: de sa naissance au Tibet à sa fuite spectaculaire en Inde et à ses activités actuelles. Une biographie plus détaillée continue ci-dessous, y compris des détails sur la manière dont la 17ème incarnation du Karmapa a été identifiée au Tibet.
 
Le 16ème Karmapa décède aux Etats-Unis en 1981.
Apo Gaga est né au Tibet en 1985 avec beaucoup de signes. Un groupe de recherche localise Apo Gaga en 1992.
Karmapa revient à Tsurphu et est intronisé. Commence ses études, sa formation et sa reconstruction à Turphu.
Visites à Beijing comme beaucoup de Karmapas passés. S'échappe du Tibet en 2000 et rencontre H.H. Dalai Lama
2008 Premier voyage aux Etats-Unis pour enseigner le Dharma.
 

La naissance du 17ème Karmapa au Tibet

 
La première photo du jeune 17ème Karmapa, connu par sa famille comme Apo Gaga ou Happy Brother.
En juin 1985, un fils est né dans une famille de nomades dans la région de Lhatok, au Tibet oriental. Dans les mois qui ont précédé sa naissance, sa mère avait fait de beaux rêves. Le jour de sa naissance, un coucou a atterri sur la tente dans laquelle il est né, et de nombreux habitants du quartier ont entendu un son mystérieux, semblable à celui d'une conque, qui résonnait dans toute la vallée. Au Tibet, de tels événements sont considérés comme de bons augure de la naissance d'un enseignant éclairé.
Le jeune garçon nomade s'appelait Apo Gaga, «Happy Brother». Dès le début, sa famille le considérait comme un être spécial et pensait qu'il pourrait être la réincarnation d'un rinpoche. À l'âge de quatre ans, ils l'ont envoyé au monastère local pour commencer ses études, bien qu'il ait continué à passer une grande partie de son temps à la maison avec sa famille. Puis, à la fin du printemps 1992, le jeune homme de sept ans, qui a maintenant sept ans, a annoncé à ses parents de déménager leur campement dans une autre vallée et leur a dit d’attendre une visite des moines en déplacement. Ils firent ce qu'il avait dit et, peu après s'être installés chez eux, un groupe de lamas Karma Kagyu arriva. À l'insu de la famille, les lamas étaient à la recherche de la réincarnation du 16ème Karmapa, à la suite des instructions données dans une lettre de prédiction secrète écrite par le 16ème Karmapa avant sa mort. Cette lettre contenait des détails sur l’année de sa renaissance, le lieu, ainsi que les noms de ses futurs père et mère, et les détails correspondaient exactement à la vie de Apo Gaga. Il fut dûment reconnu comme étant le 17ème Karmapa et reçut le nom d'Ogyen Drodul Trinley Dorje. Sa Sainteté le 14ème Dalaï Lama a publié une lettre officielle soutenant la reconnaissance d'Apo Gaga en tant que 17ème Gyalwang Karmapa, et le gouvernement chinois a également appuyé ce choix.
Au cours de sa vie, le 16ème Karmapa a écrit de nombreux poèmes et chansons, prédisant que, même s'il quitterait son siège traditionnel de Tsurphu au Tibet, il reviendrait bientôt à Tsurphu, que son professeur de racine serait IL situ Rinpoché et qu'il étudier en Inde. Après la mort du 16ème Karmapa, il devint clair que ces prédictions concernaient sa réincarnation.
De plus, le maître du 19ème siècle, Chogyur Lingpa, a fait un certain nombre de prédictions sur la vie des Karmapas, et celles qu’il a faites concernant le 17ème Karmapa correspondaient aux détails de la naissance d’Apo Gaga. (Ces points sont discutés en détail dans la section sur le contexte historique des Karmapas.)
 

Le retour du Karmapa à Tsurphu au Tibet

Au retour historique de Sa Sainteté au monastère de Tsurphu, en juin 1992, il entra à cheval dans le monastère, vêtu du vêtement traditionnel en brocart de soie et du bonnet doré d'un grand lama.
Plus de 20 000 fidèles se sont rassemblés pour assister à son retour. Le lendemain matin, quelque 25 000 personnes ont dépassé Sa Sainteté pour recevoir une bénédiction personnelle. Deux mois plus tard, il a été intronisé devant des milliers de Tibétains et de fidèles étrangers, le 27 septembre 1992.
À Tsurphu, le Karmapa a commencé ses études en tibétain, dans les sciences de l'esprit, les rituels et les arts sacrés bouddhistes, tels que la danse. Chaque jour, il a également invité des centaines de visiteurs du Tibet et du monde entier. Il a rapidement commencé à accorder des pouvoirs et à participer à divers rituels au monastère. À l'âge de dix ans, Sa Sainteté a commencé à reconnaître les réincarnations d'autres lamas Kagyu, notamment d'éminents enseignants tels que Pawo Rinpoché, Jamgon Kongtrul Rinpoché et Dabzang Rinpoché. En outre, alors que Sa Sainteté était à Tsurphu, le monastère a été reconstruit en profondeur pour restaurer les temples, les sanctuaires, les stupas, un shedra et des demeures gravement endommagées pendant la Révolution culturelle puis négligées au fil des ans, un autre devoirs de sa sainteté à accomplir.
 
Cependant, pour exercer son futur rôle, Sa Sainteté devait recevoir toutes les transmissions de pouvoir de la lignée, mais il était incapable de le faire au Tibet car de nombreux enseignants de la lignée Kagyu vivaient en exil en Inde. Avec cela au centre de ses préoccupations, lui et une poignée d’assistants quittèrent le Tibet pour l’Inde. (Les détails de cette période sont traités dans la section de ce site sur le Karmapa au Tibet.)
 

Le voyage du Karmapa en Inde

Après des mois de planification minutieuse, le 28 décembre 1999, le Karmapa, âgé de 14 ans, feignait d'entrer dans une retraite solitaire. Au lieu de cela, il s’est glissé de la robe de son moine, a revêtu une tenue civile et est sorti d’une fenêtre en compagnie de son assistant personnel, Drubngak. Quittant le monastère de Tsurphu avec une poignée d'assistants, il entreprit un voyage audacieux en voiture, à pied, à cheval, en hélicoptère, en train et en taxi: un voyage héroïque qui allait faire les gros titres de l'actualité mondiale.
Le 5 janvier 2000, il arriva à Dharamsala, en Inde, à la grande surprise et à la grande joie des exilés tibétains et fidèles étrangers, où il rencontra Sa Sainteté le Quatorzième Dalaï Lama. Un an plus tard, en 2001, il obtint le statut de réfugié du gouvernement indien.
 

Les activités actuelles du Karmapa

Au cours de ses 17 années passées en Inde en tant qu'invité du gouvernement indien, Sa Sainteté a poursuivi sa formation monastique traditionnelle et son éducation philosophique, mais a également commencé à étudier des matières plus modernes telles que la science et la langue anglaise.
Chaque année, le 17ème Gyalwang Karmapa reçoit des dizaines de milliers de visiteurs du monde entier dans sa résidence à Dharamsala. Depuis 2004, il dirige le Kagyu Monlam Chenmo, un rassemblement annuel du Dharma hivernal à Bodhgaya, qui attire des milliers de personnes du monde entier et de diverses traditions bouddhistes.
En mai 2008, Sa Sainteté a effectué son premier voyage dans l’Occident, attendu de longue date, aux États-Unis, où il s’est rendu à New York, son siège nord-américain, et dans quelques-uns des nombreux centres du Dharma sous sa direction spirituelle. En outre, le Gyalwang Karmapa a parcouru l’Inde pour participer à la vie culturelle et religieuse de son pays d’adoption. Depuis l’inauguration de temples pour Sai Baba au Tamil Nadu jusqu’à la commémoration du 100e anniversaire de la naissance de Mère Teresa à Calcutta, Sa Sainteté a rencontré de nombreux autres chefs spirituels dans un esprit de respect mutuel et de tolérance.
En novembre 2009, Sa Sainteté a été invitée à prendre la parole lors d'une conférence TED India, devenant ainsi la plus jeune personne à le faire à ce jour. En janvier 2010, plus de 12 000 personnes ont assisté à la représentation en direct d'une pièce en six actes de la vie de Milarepa, écrite et produite par Sa Sainteté, combinant des éléments de l'opéra tibétain traditionnel et du théâtre moderne.